jeudi 24 mai 2012

2 - Aung San Suu Kyi : Le bouddhisme dans l’engagement politique




Aung San Suu Kyi rencontre les familles de... par NTDFrancais Née le 19 juin 1945, à Rangoon, de Aung San, leader de la libération de la Birmanie et de Daw Khin Kyi, ambassadrice de la Birmanie à Dehli en Inde, Aung San Suu Kyi est une femme politique birmane. Elle est secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et fut en 1991 prix Nobel de la paix. Aung San Suu Kyi est l’épouse de Michael Aris et mère de deux enfants (Alexander et Kim) Elevée en Birmanie, en Inde, puis en Grande Bretagne par sa mère à la suite de l’assassinat de son père en 1947, Aung San Suu Kyi est diplômée en philosophie, en économie et en sciences politiques.

En 1967, elle s’installe à New York où elle s’inscrit pour effectuer un second cycle d’études supérieures. Elle devient alors secrétaire-assistante du comité des questions administratives et budgétaires des Nations-Unies.

Mais après quelques temps passé dans ce pays, Aung San Suu Kyi fut contrainte de rentrer en Birmanie dans les années 1988 afin de soigner sa mère malade.

 C’est à cette période que, suite à la démission du général Ne Win, chef de la junte militaire birmane, aux troubles nées dans le pays après cet évènement et à son influence par la philosophie non violente du Mahatma Gandhi et de Martin Luther King que, Suu kyi décide de fonder avec ses amis politiques la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Elle occupe alors le poste de secrétaire générale de la ligue et ses engagements de non-violence en ce qui concerne la mise en place d’un régime démocratique furent très appréciés par la population.

 Ce succès amène la junte militaire au pouvoir à détenir Aung San Suu Kyi à son domicile en juillet 1989 afin de réduire son influence sur la population.

Malgré cette assignation, le parti de l’opposante birmane remporte les élections de 1990. Mais la junte annule les résultats de l’élection et prolonge la mise en détention de Suu Kyi. Elle n’est libérée qu’en juillet 1995 et ne peut sortir du territoire sous peine de se voir refuser le droit de revenir en Birmanie. Elle doit alors rester séparée de ses enfants et de son mari qui meurt d’un cancer de la prostate en 1999.

Après cette première détention, elle connaît une autre assignation à résidence qui durera de mai 2003 à novembre 2010, le jour de sa libération définitive. Cette libération est survenue suite à des soutiens venus de part et d’autre du monde entier. A travers sa politique de non-violence, Aung San Suu kyi a obtenu plusieurs récompenses dont le prix Rafto, le prix Sakharov, le prix Nobel de la paix et la médaille présidentielle de la liberté.

On l'appelle la Dame de Rangoon. Calme et obstinée, elle a inlassablement oeuvré toute sa vie pour la démocratie et le renouveau économique de son pays, la Bimanie. Libérée après plus de 15 ans de privation de liberté, elle est le seul espoir pour des millions de birmans.

 En 20 ans, elle est devenue une icône mondiale de la démocratie et rares sont les gouvernements ou les structures internationales qui ne lui ont pas fait part de leur soutien, à travers de solennelles déclarations publiques ou de multiples prises de position politiques ou économiques.

Entrée au Parlement Ayant été autorisée à se présenter aux élections législatives partielles de 2012, elle a enregistré sa candidature le 18 janvier 2012.

 Le 1er avril 2012, elle remporte très largement le scrutin et obtient ainsi son premier mandat officiel : celui de députée. Son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), prétend avoir remporté au moins 43 sièges des 45 sièges en jeu et les résultats officiels portant sur 40 sièges indiquent que tous ceux-ci ont été remportées par la LND.

Toutefois, le parti reste très minoritaire dans la chambre basse qui compte 435 sièges, et les prochaines élections générales ne sont prévues que pour 2015. Elle siègera officiellement au parlement le 23 avril 2012.

Ce pourrait être son premier voyage depuis 24 ans, Aung San Suu Kyi a prévu de se rendre en Europe, en Grande-Bretagne et en Norvège au mois de juin 2012. Le porte-parole du ministère norvégien des Affaires étrangères a annoncé son déplacement à Oslo en juin et un porte-parole de Aung San Suu Kyi a mentionné un voyage à Londres.

Source : Bouddhisme au feminin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire