dimanche 17 mai 2015

Extraits du Therigata - Recueil des poèmes d'éveil de pratiquantes au temps du Bouddha


Hommage à vous Bouddha,
la meilleure de toutes les créatures,
qui m'a libérée ainsi que beaucoup d'autres
de la souffrance.

Toute souffrance est comprise,
la cause, le désir insatiable est tari,
la Noble Voie Octuple se déploie,
j'ai atteint l'état où tout s'arrête.

J'ai été
mère,
fils,
père,
grand-mère ;
ne sachant rien de la vérité
j'ai poursuivi mon chemin.

Mais j'ai vu le Bienheureux :
Ceci est mon dernier corps.
Je ne reviendrai pas
de naissance en naissance
à nouveau.

Mahapajapati

 

J'étais en pleine possession
de mon corps, de ma parole et de mon esprit.
Ayant déraciné la racine du désir,
je suis devenue calme et rassasiée.


Uttara 

 

Cela fait vingt-cinq ans
que j'ai quitté ma maison,
et que je n'ai pas eu un instant de paix.
le coeur troublé,
croupissant dans le monde du désir,
j'ouvrais les bras et criais
au moment où je suis entrée au monastère.

Je suis allée trouver une nonne
à laquelle je pensais pouvoir faire confiance.
Elle m'a enseigné le dhamma.
Les éléments du corps et de l'esprit,
la nature de la perception,
et la terre, l'eau, le feu et le vent.

J'ai entendu ses mots,
et me suis assise à ses côtés.
À présent, j'ai pénétré
dans les six royaumes de la connaissance sacrée.
Je sais que j'ai vécu auparavant,
l'oeil du ciel est pur,
et je connais l'esprit des autres.

Je possède de grands pouvoirs surhumains
et j'ai annihilé
toutes les souillures mentales.
L'enseignement du Bouddha s'est réalisé.

Vaddhesi 

 

Source : Bouddhisme au féminin N° 10  - ouvrage de Susan Murcott sur les premières femmes bouddhistes - Titre en français (tout à fait inadéquat) : Le Bouddha et les femmes


Aucun commentaire:

Publier un commentaire