mercredi 29 juillet 2020

Témoignage d'EVEIL GERTA ITAL

Pour moi ce furent les paroles : « Il n’y a pas d’intérieur. Il n’y a pas d’extérieur » qui permirent d’abattre les barrières ébranlées depuis longtemps.
Pendant la nuit, je continuai de méditer sur ces paroles et c’est alors que cela se produisit : Il n’y avait plus de kôan, plus de différences, même le moi n’existait plus. Il n’y avait que l’Un. Après avoir dormi trois heures à peine, je me remis de très bonne heure au zazen et l’expérience de la nuit se reproduisit. J’atteignis plus rapidement qu’auparavant la profondeur du samadhi, mais ensuite il s’étendit à l’infini. Pendant que j’écris cela, je me pose la question : l’expression « à l’infini » est-elle bien celle qui convient ? Oui et non. Non, surtout parce que ce mot signifie pour nous une chose, même si cette chose est indéfinie. Mais cela ne convient pas. En ce qui me concerne, cela ne se manifesta pas comme une vision. Ce n’était pas non plus un ravissement. Si je tente d’exprimer ce que je ressentais, en toute simplicité et sans fioritures, je ne peux que dire : il n’y avait plus rien et moi aussi je n’étais plus rien.

Mais ce néant n’était qu’un néant apparent. C’était la vie elle-même. Et cette vie m’absorbait. Cette vie était le Tout dans l’Un. Mais la participation à ce « Tout en Un » est justement ce qu’on ne peut décrire, ce qui se refuse à être exprimé en paroles. Rien (ce qu’on en dirait ne peut convenir, car même l’expression que j’avais employée auparavant, « béatitude pleine de paix, qui serait peut-être la plus adéquate, ne permet de rendre qu’une partie du tout. Mais comment pourrait-on décrire en paroles l’Être sans forme, l’Être en tant qu’état, la Vie en tant que vie en soi, trouver les mots susceptibles non seulement de désigner, mais aussi d’exprimer l’Être lui-même ? Ce n’est pas possible et j’échoue dans cette entreprise, comme d’autres ont échoué avant moi.

Gerta Ital Temoignages d'Eveil 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire